DMP ET AWATE HODABALO

Togo : La marche de la DMP interdite, une réunion attendue ce vendredi avec Awate Hodabalo

La Dynamique pour la majorité du peuple (DMP) par voie de communiqué informe  l'opinion du refus opposé par le ministre de l’administration territoriale à leur marche annoncée sur le samedi 27 janvier 2024 à Lomé. La coalition des partis politiques de l'opposition maintient  la marche. Une réunion se tient ce vendredi avec Awate Hodabalo, le ministre de l'administration territoriale de la décentralisation et du développement du territoire

Déclaration

La DMP tient à informer ses militants et sympathisants ainsi que l’opinion nationale et internationale que le 4 janvier dernier, elle a introduit auprès du Ministre de l’Administration Territoriale, de la Décentralisation et du Développement des Territoires, une déclaration de manifestation consistant en une marche pacifique à Lomé pour le samedi 27 janvier 2024.

La DMP a tenu à respecter de toutes les conditions exigées dans la loi relative aux manifestations au Togo
en indiquant notamment l’objet et le but de la manifestation, l’itinéraire de la marche et les responsables chargés de l’organisation.

Le mercredi 23 janvier 2024 la DMP a reçu une réponse du Ministre de l’Administration Territoriale, de la Décentralisation et du Développement des Territoires datant du 22 janvier 2024, et comportant des remarques suivantes :

2) Le désaccord du Ministre avec le vide constitutionnel et l’incapacité du gouvernement à organiser les élections dans le délai constitutionnel mentionné comme motif de la manifestation mais qui selon lui ne reposeraient sur aucun fondement pour justifier une marche de protestation, le Ministre informant par ailleurs les responsables de la DMP que les débats concernant l’organisation des élections se passent au sein du CPC.

3) Enfin, le Ministre a rappelé à l’endroit de la DMP l’attaque du 02 juin 2022 au grand marché de Lomé perpétré par un ressortissant étranger et ayant entraîné la mort d’un gendarme Togolais et des blessures graves sur un autre, une attaque suite à laquelle les manifestations ont été interdites.

Pour toutes ces raisons selon lui, la marche du samedi 27 janvier 2024 n’est pas acceptée.

Dans sa réponse envoyée au Ministre le même jour, la DMP a indiqué que l’itinéraire de la marche a été bel et bien précisé dans son courrier du 04 janvier 2024.

Sur le 2ème élément sur lequel se fonde le Ministre, la DMP a rappelé à ce dernier que les organisateurs d’une manifestation en démocratie ont la latitude d’apprécier et de déterminer les raisons pour lesquelles ils manifestent, quitte aux gouvernants de prendre note des raisons de leurs mécontentements et de chercher à discuter avec ces derniers pour trouver un terrain d’entente. La DMP a aussi fait observer au Ministre qu’en tout état de cause, à la fin du délai constitutionnel, les élections législatives n’ont pas été organisées en violation flagrante de l’article 52 de la constitution par le gouvernement.

Enfin, pour le troisième argument évoqué par le ministre, la DMP a fait remarquer au Ministre que depuis l’interdiction des marches dans le grand Lomé, suite à l’attaque survenue le 02 juin 2022, plusieurs manifestations ont été organisées sans aucune entrave par le parti Unir et par conséquent, elle ne comprend pas pourquoi celle de la DMP devrait être interdite.

Par ailleurs, les élections étant annoncées par le gouvernement pour le mois de mars 2024 tous les partis sont déjà en précampagne et on ne saurait interdire à certains d’entre eux de mobiliser les populations.

En conséquence, la DMP a réitéré sa déclaration de marcher à Lomé pacifiquement le 27 janvier 2024 pour la satisfaction de tous les points cités dans sa lettre du 04 janvier 2024.

Ce jeudi, 25 janvier 2024, la DMP a reçu une autre lettre réponse du Ministre qui dit maintenir sa position en évoquant encore, malgré les précisions données par la DMP, sur le but de la manifestation tel qu’exigé par l’article 10 de la loi sur la liberté de manifestation et l’interdiction des marches depuis l’attaque survenu à Lomé pour signifier encore une fois que la marche du 27 janvier 2024 est refusée.

Alors que la DMP s’apprêtait à réitérer de nouveau, ce 26 janvier 2024 son intention de maintenir cette manifestation pour le 27, la coalition a reçu une invitation du ministre à le rencontrer ce 26 janvier 2024 à 08 heures à son cabinet.

La DMP tient, pour des raisons de transparence, et par devoir de recevabilité, à porter toutes ces
informations à la connaissance des populations.

La DMP rendra compte fidèlement du contenu de sa rencontre avec le ministre aux populations.


Commenter Comme:

Commenter (0)