BALOUKI SEANCE

Togo : L’assemblée nationale en quête de vérité sur la gestion du fonds du Covid-19.

L’Assemblée nationale a servi de cadre vendredi  une séance dite « du contradictoire » entre les acteurs impliqués dans la gestion du fonds de riposte et de solidarité Covid-19 (FRSC).

La séance s’est déroulée en présence de la Présidente de l’Assemblée nationale Yawa Djigbodi Tsègan, des députés, des membres du gouvernement, des Ambassadeurs accrédités au Togo, des partenaires technique et financier notamment les Etats-Unis, la France, la Banque Africaine de Développement, la Banque Mondiale, le FMI, l’Union Européenne, l’OMS et la GIZ, des membres des organisations de la société civile et de la presse

L’exercice, parfois houleux entre membres du gouvernement et ceux de la cour  des comptes  dénote de la transparence dans les procédures de gestion des deniers publics prônée par les plus hautes autorités du pays et confirme l’une des missions régaliennes de la Représentation nationale relatives au contrôle de l’action gouvernementale. Elle a le mérite d’assurer la recevabilité envers la population, de promouvoir la bonne gouvernance et de permettre une meilleure information de l’Assemblée nationale. Cette séance du contradictoire entre le gouvernement et les membres de la Cour des comptes répond aussi aux principes démocratiques. 

« Lors de la première phase des auditions, la mission d’information a noté des témoignages très instructifs de la part du gouvernement et de la Cour des comptes. Ce débat constructif entre institutions est une preuve de la vitalité de la démocratie et nous nous réjouissons qu’il se soit tenu dans un bon ordre.  Tout autant, la mission retient un décalage entre certaines réponses apportées par les personnalités auditées et les observations de la Cour des comptes. C’est dans ce sens que, pour aider l’Assemblée nationale à mener à bien son rôle de contrôle de l’action du Gouvernement conformément à l’article 81 de la Constitution, la mission d’information a jugé nécessaire de tenir la présente séance. En effet, nous devons approfondir nos échanges sur la gestion de cette crise et tirer les leçons pour l’avenir », a déclaré Balouki Essossimna Legzim, Présidente de la mission d’information.

Lors des auditions, des préoccupations particulières relatives à la mise à disposition des termes de référence, à la transmission des rapports provisoires avant validation, au respect des règles procédurales ont été soulevées.

« La mission va présenter un rapport à l’assemblée nationale pour la suite de la procédure  »  a indiqué

Essossimna BALOUKI-LEGZIM

La mission d’information est composée de 7 membres et est présidée par Mme Balouki Essossimna Legzim.

 


Commenter Comme:

Commenter (0)