DMP 22 NOVEMBRE

Togo : « Le fichier électoral n’est pas fiable » assure la DMP

La Conférence des Présidents de la Dynamique pour la Majorité du Peuple (DMP) s'est prononcé  mercredi sur plusieurs sujets de l'actualité. Il s’agit entre autres du prestigieux prix reçu le 16 novembre 2023 par le journaliste Ferdinand Ayité, lauréat du Prix CPJ à New York aux Etats -Unis, le déroulement de l’élection présidentielle au Liberia avec l’acte historique  et la leçon de Georges Weah, président sortant du Liberia qui accepte sa défaite à l’issue des dernières élections  présidentielles.

La DMP est revue sur l’audit du fichier électoral par l’OIF, Organisation Internationale de la Francophonie. Une délégation de la DMP a rencontré la représentante de l’OIF à ce propos

« Les membres de la délégation de la DMP ont indiqué à l’OIF qu’on ne peut pas parler de la transparence d’une mission d’audit du fichier électoral qui en début de mission n’a daigné informer ni les parties prenantes, ni les populations auxquelles elle devrait se sentir redevable de ce qu’elle est venue faire dans le pays. La  CENI qui conduit le processus électoral et qui a don établi le fichier est, elle-même illégale depuis mars 2023. Le recensement électoral  ayant permis de constituer le fichier électoral a été lui-même entaché  nombreuses irrégularités et imperfections reconnues parle gouvernement lui-même et s’est terminé sur un conflit provenant du fait que la CENI  a arbitrairement refusé d’inscrire des milliers de togolais en attente dans les files  au moment ou elle a décidé d’arrêter les enregistrements en violation des droits constitutionnels des électeurs(…). Au vu de tous ces éléments connus de tous les togolais, la DMP a dit à l’OIF qu’on ne peut donc pas conclure que le fichier électoral obtenu des derniers recensements est fiable. » précise la déclaration liminaire de la DMP. .

La Conférence des Présidents de la Dynamique pour la Majorité du Peuple (DMP) s’est également prononcé sur l’incarcération des journalistes Loïc Lawson et Anani Sossou. Elle dénonce vigoureusement la tournure que les autorités politiques et judiciaires tentent de donner à ce dossier. Elle condamne l’instrumentalisation de la justice et  demande la libération des deux journalistes.


Commenter Comme:

Commenter (0)